Les valeurs pharmaceutiques championnes de la résistance

Dans une conjoncture boursière pour le moins troublée, les investisseurs cherchent des havres de paix. Et surprise : les valeurs pharmaceutiques, mises à mal pendant six ou sept ans, pour cause de pertes de brevets et de baisse des prix des médicaments, sont en train de retrouver leur ancien caractère « défensif ». En Europe, c’est le secteur qui tient le mieux le choc. Ces trois derniers mois, les 30 valeurs liées à la santé de l’indice DJ Stoxx 600 ont ainsi progressé en moyenne de 4,5 %. Tous les autres compartiments de la cote sont en baisse. Et, depuis le début de l’année, ces mêmes valeurs telles qu’AstraZeneca, Novartis ou Sanofi-Aventis n’ont globalement baissé que de 8,1 %. A comparer à une chute moyenne de 22,2 % pour l’indice général européen et aux plongeons de plus de 30 % enregistrés dans la banque et la construction, les deux secteurs les plus durement touchés par la crise.

Plusieurs critères permettent de définir un caractère « défensif », selon Credit Suisse : une faible sensibilité aux cycles économiques ; un endettement limité, voire nul, au regard des fonds propres (un faible « effet de levier ») ; de forts cash-flows dégagés chaque année ; une exposition limitée aux matières premières et une volatilité réduite des bénéfices. Dans cette catégorie, la banque situe des groupes comme Nestlé, Heineken, Coca-Cola, Altria (ex-Philip Morris) ou Microsoft. Mais en tête de liste se trouvent les laboratoires pharmaceutiques… A contrario, les plus « mauvais » secteurs, selon ces mêmes critères, sont les biens de consommation durables, les biens d’équipement et les semi-conducteurs.

Les valeurs pharmaceutiques championnes de la résistance – PHARMACIE ASTRAZENECA NOVARTIS MERCK & CO. BRISTOL MYERS.

Novartis/La FDA homologue des vaccins contre la grippe pour 2008/09

Zurich (AWP) – La FDA américaine a homologué un total de six vaccins contre la grippe pour la saison 2008/09. Parmi les fabricants, figure Novartis Vaccines and Diagnostics Ltd et son vaccin Fluvirin, a fait savoir la FDA mardi soir.

La FDA a aussi homologué les produits de CSL Limited (Afluria), GlaxoSmithKline Biologicals (Fluarix), ID Biomedical Corporation of Quebec (FluLaval), MedImmune Vaccines Inc (FluMist) et Sanofi Pasteur Inc ( Fluzone).

La décision est intervenue relativement tôt, afin que les groupes concernés puissent organiser la production des vaccins. La FDA n’a pas donné d’indication sur les quantités nécessitées.

cc/rp

Nouvelle plainte de Bayer pour protéger ses brevets

Le groupe pharmaceutique allemand Bayer a de nouveau déposé plainte pour tenter de sauver ses brevets de pilules aux Etats-Unis. Une de ses porte-paroles a affirmé, mardi 5 août, que le laboratoire a « déposé une plainte contre Sandoz le 1er août ». Elle estime que le fabricant de médicaments génériques, filiale du suisse Novartis, veut produire aux Etats-Unis un générique du Yaz, une pilule minidosée variante de Yasmin, un de ses produits vedettes.

Brevet jugé non valable

C’est la deuxième procédure judiciaire à l’encontre de Sandoz aux Etats-Unis. Bayer, basé à Leverkusen (ouest), a déjà engagé une procédure similaire en avril dernier pour le brevet Yasmin.
Il est en outre engagé dans une procédure d’appel pour contester la décision du tribunal de l’Etat du New Jersey, rendue en mars dernier. Ce dernier a déclaré non valable le brevet de sa pilule Yasmin, ce qui ouvre la voie aux fabricants de génériques pour lancer des projets de contraceptifs de même composition.

Accord ave Barr

En juin, Bayer s’est entendu avec l’américain Barr, à l’origine de la condamnation des brevets de l’allemand devant la justice. L’accord prévoit que Barr commercialise aux Etats-Unis le médicament, qui reste fabriqué par Bayer, et verse au groupe allemand un pourcentage fixe sur les ventes de ce contraceptif.
Les deux laboratoires se sont également entendus sur la commercialisation par le groupe américain à partir du 1er juillet 2011 d’une version générique de Yaz.
Bayer avait empoché plus d’un milliard d’euros l’année dernière, grâce aux brevets de contraceptifs Yaz et Yasmin.

Source : challenges.fr

Novartis: plainte contre l’israélien Teva, litige sur des brevets

Bâle (AWP/AFX) – Novartis a déposé une plainte aux Etats-Unis contre le laboratoire israélien Teva, concernant des litiges sur les brevets de ses médicaments Zometa et Reclast, a appris l’AFX lundi auprès du groupe pharmaceutique bâlois.

La plainte a été déposée jeudi et vise à interdire à Teva la commercialisation des versions génériques des médicaments contre les maladies osseuses Zometa et Reclast jusqu’à l’expiration de leurs brevets en 2013, a précisé le porte-parole.

Ce dernier n’a cependant pas donné d’indication sur une date pour une éventuelle décision de justice.

Le Zometa, contre le cancer des os, a enregistré des ventes de 677 millions de dollars au premier semestre et le Reclast, destiné à soigner l’ostéoporose postménopausique, a dégagé 103 millions sur la même période.

Novartis avait déjà contesté devant la justice aux Etats-Unis l’introduction de versions génériques du Famvir (herpès génital) et du Lotrel (hypertension) par le groupe israélien, premier fabricant mondial de médicaments génériques.

Ces affaires « suivent toujours leur cours », selon le porte-parole de Novartis.

afx/rp